Colloque de restitution Normonde

Du 18 au 20 septembre, au Havre, se tenait le colloque de restitution du projet Normonde, marquant la fin du projet régional RIN. Plus de 35 historiens, de toutes spécialités et périodes, sont intervenus pour évoquer la Normandie dans la mondialisation du IXe au XXIe siècle. Une table-ronde avec des géographes et un préfet conseiller du gouvernement sur la vallée de la Seine a également ancré le sujet dans l’actualité avec un débat au sujet de HAROPA et l’avenir de l’axe Seine.

Lancé en novembre 2017 dans le cadre du Réseau des Intérêts Normands (RIN) de la Région Normandie, le programme NORMONDE ambitionne de comprendre – sur le temps long, IXe–XXIe siècle – la construction de l’espace normand et l’affirmation d’une identité́ régionale forte, en analysant l’impact et les effets de la circulation transmanche autour de l’axe Seine sur un millénaire. Décloisonnant les périodes historiques et les cadres spatiaux, NORMONDE doit permettre de comprendre à terme les logiques de création de ce nouvel espace géopolitique qui existe à différentes échelles locales, régionales, nationales, européennes et internationales. De fait le projet « Empires en Seine. Les Normands acteurs de la mondialisation IXe-XXIe siècles » entreprend d’étudier le degré d’ouverture au monde de cet ensemble territorial longtemps pensé comme deux espaces régionaux distincts à la fois historiquement et politiquement. Réunissant des chercheurs de différentes disciplines issues de l’ensemble des universités de la COMUE Normandie, NORMONDE est une illustration de la mutualisation des expertises des différents laboratoires existants sur le territoire de Normandie-Université́ et de leur possible intégration dans un réseau de recherche structuré et reconnu internationalement.

Ce dernier colloque met fin au programme NORMONDE. Il fait suite à une série de journées d’études et la constitution de bases de données historiques menées par cinq
ingénieurs de recherches sur la question de la Normandie pensée comme un acteur de la mondialisation dans le temps long. Après avoir laissé le temps de la restitution et organisé une table-ronde avec des géographes qui questionnent le devenir d’HAROPA avec des élus locaux et des acteurs de la société civile, le colloque académique va se focaliser sur trois axes pour compléter les travaux déjà rendus :
• Les ports et le territoire comme lieux d’échange
• Les circulations et les mobilités
• Les hommes comme acteurs

Rappelons pour mémoire que le programme de recherche NORMONDE est à la fois historiquement ancré dans et autour de la Normandie en proposant une focale sur l’axe de la Seine et la circulation trans-Manche comme facteur de « colonialité » et/ou de mondialisation qui serait mesuré ainsi que le rôle structurant qu’il joua du IXe au XXIe siècle dans la construction de l’espace normand que nous connaissons aujourd’hui. Il doit, pour se faire, décloisonner trois périodes historiques qui ne communiquent quasi jamais et utiliser de l’espace régional et ses acteurs pour, à travers tout un jeu d’échelles temporel et spatial, comprendre la construction de la région Normandie et l’affirmation de son identité. Le but étant de prendre la mesure et l’impact des effets retours de cette circulation globale sur un millénaire – le cas normand étant unique en termes de continuité dans l’histoire européenne.

Colloque NORMONDE

Profitant des travaux récents de ces deux dernières décennies autour de l’histoire médiévale du monde normand, de l’Histoire atlantique mais aussi de l’Histoire des empires coloniaux, de l’Histoire connectée, de la géographie de la globalisation mais, aussi, des travaux en Histoire (et en Géographie) maritime, NORMONDE vise à tirer profit de la dynamique de recherche impulsée dans le cadre de l’émergence de la nouvelle région Normandie. Il cherche à rassembler des forces vives autour de projets innovants fondés sur la mutualisation de connaissances dans une perspective permettant de mieux comprendre ce nouvel espace géopolitique qui existera à diverses échelles, locales, régionales, nationale, européenne et internationale. Le projet « Empires en Seine et les Normands acteurs de la mondialisation IXe-XXIe siècle » souhaite comprendre le degré d’intégration régionale dans la longue durée de ce qui avait été pensé comme deux espaces régionaux (Haute et Basse-Normandie) historiquement et politiquement différents. Il s’agit d’étudier le degré d’ouverture au monde de cet ensemble territorial à partir de l’angle des relations impériales qui se sont développées autour de l’axe structurant et dynamique de l’espace Seine et de prendre la mesure et l’impact des effets retours de cette circulation globale sur un millénaire.

On soulignera ici que ce projet bénéficie de l’expérience acquise par de nombreux chercheurs de la COMUE Normandie (laboratoires IDEES, GRHis, CRAHAM, PEMAR-MRSH) dans un chantier de recherche de l’histoire sociale et culturelle régionale investi de longue date, depuis la mise en place du projet fédéré « La Haute-Normandie une tradition d’ouverture sur le monde » qui avait été soutenu par le Grand Réseau de Recherche Haut-Normand entre 2009 et 2012 ou l’atlas espace Manche et les programmes INTERREG
EMDI et CAMIS. Par ailleurs, les porteurs ont aussi travaillé à des questions similaires dans d’autres régions et sur des sujets connexes qu’ils souhaitent développer à l’échelle normande tout en s’appuyant sur des équipes structurées en réseau de recherche en Normandie mais aussi dans l’Ouest français (Nantes, La Rochelle), à Paris (Paris-Sorbonne) et dans le bassin caraïbe. Le projet, résolument centré dans le domaine de l’histoire des mondialisations normandes, serait découpé en trois axes complémentaires mais connectés les uns aux autres par l’objet commun « Normands ».

Le comité scientifique.

La Seine normande à contre-courant : le mouvement anticolonial vietnamien au Havre (1920-1936)

François Drémeaux (Université Le Havre Normandie – IDEES LH – Hong Kong University)

Axe commercial de première importance relié à l’empire, la Seine normande s’ouvre davantage aux étrangers dans l’entre-deux-guerres. Des hommes et des femmes originaires des territoires soumis s’établissent, concrétisant ce monde colonial dans le quotidien des Normands.
Les Vietnamiens sont peu nombreux, mais leur présence au Havre est marquée par quelques singularités (mariages mixtes, possession de commerces…). A priori intégrés à l’économie du port colonial, ils jouent cependant, en marge, une autre partition de la mondialisation, celle de la lutte anticoloniale. Entre 1920 et 1936, le port devient un relais logistique pour l’impression et la diffusion de tracts, une plateforme de sensibilisation de l’opinion et un terrain à conquérir pour les différentes factions indépendantistes.
Le Havre est tout à la fois un avant-poste de la cause en métropole, le plus souvent sous l’influence de Marseille, et une base arrière pour les militants établis à Paris. Au coeur de ce triangle, il convient également d’explorer le rôle actif du parti communiste et celui, passif, des compagnies maritimes comme vecteurs de la propagande anticoloniale.

La Normandie, une région au service de l’avitaillement des paquebots de la Compagnie Générale Transatlantique ? (fin XIXe-début XXe siècle)

Jean-Baptiste Schneider (Université Le Havre Normandie – IDEES LH)

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, la marine à vapeur supplante la marine à voile. La réduction constante du temps de traversée associée à l’augmentation régulière du tonnage des paquebots accroît considérablement le transfert de personnes entre continents. Face à cette accélération du transit de passagers, les sociétés maritimes doivent adapter leur politique d’achat des vivres nécessaires à l’alimentation des voyageurs qui, durant plusieurs jours, sont totalement dépendants des stocks du bord. Comment s’organise la Compagnie Générale Transatlantique (CGT) pour assurer un avitaillement permanent de sa flotte tout en veillant à sa rentabilité ? Quelles sont les entreprises privilégiées et existe-t-il des dispositifs spécifiques dédiés à l’approvisionnement de ses paquebots ?
L’étude des procès-verbaux des réunions du conseil d’administration et du comité de direction de la CGT complétée par l’analyse des rapports des assemblées générales conservés dans les archives de l’EPPC French Lines & Compagnies nous livrent des informations probantes sur le système d’approvisionnement adopté par la société française de navigation lors de sa création en 1861. Qui plus est, le dépouillement des quelques 5 000 pages manuscrites de comptes rendus qui couvrent une période allant de 1875 à 1914, dévoile, d’une part, les différentes stratégies d’avitaillement employées en fonction du développement de la CGT et, d’autre part, met en lumière les multiples fournisseurs des denrées alimentaires destinées aux paquebots havrais.

Des archives globales : les fonds non classés de French Lines & Compagnies

François Drémeaux (Université du Havre Normandie – IDEES LH – Hong Kong University)

L’établissement public French Lines & Compagnies, situé au Havre, conserve une grande partie du patrimoine des anciennes compagnies maritimes françaises d’économie mixte, telles que les Messageries Maritimes (MM), la Compagnie Générale Transatlantique (CGT) ou encore la Compagnie Générale Maritime (CGM), ainsi que de nombreuses pièces ayant appartenu à d’autres sociétés maritimes privées. Au sein de cette collection unique en Europe se trouvent un peu plus de 5km
linéaires d’archives, dont près de la moitié n’avait pas fait, jusque récemment, l’objet d’un classement. L’un des objectifs de la mission Normonde était de réaliser des sondages dans ces fonds pour en comprendre l’étendue et pour envisager leur mise en valeur académique.
Ce dépouillement partiel a permis de révéler des documents plus riches et plus anciens que prévu. Autrefois archives vivantes des compagnies, compilées au gré des fusions et des déménagements, cet ensemble vient compléter avec pertinence les fonds déjà classés et permet d’envisager de nouvelles investigations. Du local au global, ces archives ont une résonnance normande précieuse et une portée nationale et internationale dont l’historiographie contemporaine pourrait tirer de stimulantes perspectives.

Présentation de la base de données « Les ports normands dans les échanges mondiaux »

Vincent Duchaussoy (Université de Rouen Normandie – GRHis)

Le Tableau général du commerce et de la navigation de la France avec les colonies et les puissances étrangères (1825-1960) répertorie, pour chaque année, les quantités de marchandises importées et exportées depuis les principales douanes du pays, ainsi que la circulation des navires entre les ports français et l’étranger. L’exploitation statistique de ces données, recueillies dans une base de données, permet de dégager quelques grandes évolutions des flux commerciaux des ports de Dieppe, Le Havre et Rouen, ainsi que l’évolution des relations commerciales internationales entretenues par les ports normands au fil de ces années. La présente communication a pour objet de présenter l’outil construit à cette occasion et de formuler quelques premières analyses issues de son exploitation.

Libéralisme, opium et esclavage : les connexions normandes de Lorenzo Calvo y Mateo, marchand espagnol en Chine au début du XIXe siècle

Ander Permanyer Ugartemendia, Universitat Oberta de Catalunya (Barcelone)

L’espagnol Lorenzo Calvo y Mateo, agent de la Compagnie Royale des Philippines à Canton de 1816 à 1822, développa le commerce de consignation d’opium entre l’Inde et la Chine. Grâce à la reconfiguration du commerce colonial espagnol à la fin de l’empire américain, à travers ses relations dans le commerce philippin et à sa collaboration avec les britanniques, il devint un acteur majeur pendant cette courte période.

En 1822, Calvo y Mateo retourne en Europe, et s’installe à Paris en 1827. C’est d’ailleurs qu’il développera une énorme structure de maisons commerciales entre l’Europe et l’Asie. À Manille, il s’associera avec deux compagnies commerçantes philippines, dédiées à l’exportation de produits de plantation philippins et à la naissante industrie locale. En Chine, il maintiendra ses intérêts dans le commerce d’opium. Sur le territoire français il établira la compagnie Laurent Calvo et Cie à Paris, et celle de Bergmiller, Calvo et Cie au Havre.

Cette présentation va explorer les intérêts normands de Calvo, dont la plupart nous sont encore méconnus. Nous savons que le nom de Calvo était lié à la maison locale de Baudin, Etesse et Cie, de laquelle nous avons retrouvé des traces prouvant des collaborations aux intérêts euro-asiatiques de Calvo. Le nom de cette maison havraise apparaît même comme prête-nom dans quelques uns des intérêts de Calvo. De même, Charles Baudin et Lorenzo Calvo partageaient un militantisme libéral. De fait, en 1831, l’espagnol demanda à Paris un emprunt pour financer la campagne de José María de Torrijos pour réinstaurer un gouvernement libéral dans l’Espagne de Ferdinand VII.

« Normandie esclavage », aux racines de l’époque contemporaine

Dans le prolongement des travaux du colloque Normonde dédié à l’époque moderne (7-8 mars au Havre), un bel outil doit être mis en lumière, la base Normandie Esclavage: http://www.normandie-esclavage.fr/

Ce site, intitulé « Histoire et mémoire de la traite atlantique, de l’esclavage des noirs et de leurs abolitions » est une réalisation issue d’une recherche menée dans le cadre d’un projet soutenu par le Grand Réseau de Recherche Culture et société en Normandie entre 2013 et 2015 sous la direction d’Eric Saunier.

Quoique tournée vers la période moderne, cette base de données donne un aperçu très pertinent des lieux et des acteurs dynamique jusque dans les années 1815. L’onglet « La Traite normande: armateurs, équipages et migrants forcés » propose des entrées détaillées par:
– officiers d’état-major
– officiers mariniers
– personnel non marinier
– hommes d’équipage
– passagers de couleur
– et un accès général par ordre alphabétique.
La partie consacrée aux armateurs et négociants est en attente de mise en ligne.

Un onglet prometteur « textes et correspondances inédits » comporte une entrée « Souvenirs coloniaux 1830-1856 », également en attente de mise en ligne.

Cette référence paraît essentielle pour comprendre et aborder les enjeux de la Normandie maritime du XIXe siècle.

FD.

 

 

Journées d’études « La Normandie et les colonies »

Jeudi 7 et vendredi 8 mars, l’université du Havre accueillait la conférence « La Normandie et les colonies: une histoire et un patrimoine en partage ».

Essentiellement axé sur le volet moderniste du projet Normonde, les prolongements sur le XIXe siècle ont été nombreux. En après-midi de la première journée, les spécialistes des Antilles, Erick Noël et Bernard Michon, ont par exemple noté que l’importance des implantations normandes tend à diminuer au profit des Aquitains au XVIIIe siècle. On peut donc ici envisager une explication à la (relative) moindre influence des réseaux normands outre-mer à la fin du XIXe siècle.

Au cours de la deuxième journée, Claude Malon a ouvert des perspectives jusqu’au début du XXe siècle en soulignant les liens forts entretenus par la ville du Havre avec le commerce du rhum et du coton. Il a notamment souligné l’apparition d’une identité coloniale tardive dans le port, en tout cas postérieure à Marseille ou Bordeaux.

Enfin, la toute dernière contribution, celle de Christelle Lozère sur les expositions coloniales au Havre, a également permis de faire entrer pleinement ce colloque Normonde dans la période contemporaine.

A cette occasion, la bibliothèque universitaire du Havre a proposé une sélection d’ouvrages et d’articles sur le thème: Normandie et colonies.

FD.