Normonde (1815-1960)

Mis en avant

NORMONDE est un projet de recherche à la fois innovant et fédérateur, en phase avec les préoccupations du monde actuel. Ses objectifs et les résultats escomptés de son programme découlent de l’ambition suivante. Profitant des travaux récents de ces deux dernières décennies autour de l’histoire médiévale du monde normand, de l’Histoire atlantique mais aussi de l’Histoire des empires coloniaux, de l’Histoire connectée, de la géographie de la globalisation mais, aussi, de la maritimité, le projet vise à tirer profit de la dynamique de recherche impulsée dans le cadre de l’émergence de la nouvelle région Normandie.
Plus longuement intitulé “Empires en Seine et les Normands, acteurs de la mondialisation IX-XXIe siècle”, ce projet qui réunit les trois universités de Normandie (Caen, Le Havre et Rouen) souhaite comprendre le degré d’intégration régionale dans la longue durée de ce qui avait été pensé comme deux espaces régionaux (Haute et Basse Normandie) historiquement et politiquement différents. Il s’agit d’étudier le degré d’ouverture au monde de cet ensemble territorial à partir de l’angle des relations impériales qui se sont développées autour de l’axe structurant et dynamique de l’espace Seine.
Ce carnet s’intéresse tout particulièrement à la période contemporaine, c’est-à-dire l’axe 3 du projet, intitulé “La Seine Normande: de l’empire colonial aux espaces de mondialisation (XIXe-XXIe siècle). L’ambition est de partager les informations les plus pertinentes au fil des recherches (notices biographiques, comptes rendus de lecture, inventaires d’archives, etc.)
NORMONDE est un projet financé par la Région Normandie (RIN), réunissant les laboratoires IDEES (UMR 6266), GRHis (EA 3831), CRHIA (EA 1163), CRAHAM (UMR 6273) ainsi que la MRSH de Caen et le PRSH du Havre.

Rouen dans la mondialisation

“Paris, Rouen et Le Havre ne sont qu’une seule et même ville dont la Seine est la rue principale” (attribué au consul Bonaparte, 1802)

Olivier Feiertag, professeur d’histoire contemporaine (laboratoire GRHis) et son équipe d’étudiants proposent une rapide plongée dans l’histoire contemporaine de la Seine comme axe et moteur de la mondialisation normande…

https://webtv.univ-rouen.fr/videos/episode-2/?fbclid=IwAR2wjpKEm4IKkGVAzv2qDqF-1A8JYX7bo_0pEqLjWwMD5QpZ0FNjDDcJ9j8

FD.

Archives départementales de Seine-Maritime

En complément des très riches archives de l’inscription maritime, déjà présentées dans un précédent billet, les archives départementales de Seine-Maritime possèdent de nombreux autres fonds pouvant éclairer l’histoire des connexions entre la Normandie et le monde.

La série M « administration générale et économique du département » contient par exemple une sous-série « population et statistiques » qui fournit des informations utiles sur les recensements et l’étude des mouvements de population (émigration, naturalisations, etc.). La sous-série « commerce » rend compte de l’intervention ou du contrôle de l’administration en matière commerciale, mais également de l’activité des consulats étrangers établis sur le territoire départemental et des documents relatifs aux chambres de commerce. Enfin, la sous-série « industrie » fournit également de précieux renseignements sur les entreprises industrielles de Seine-Maritime, parmi lesquels de grandes exportatrices, telles que les entreprises du secteur du textile.

S’agissant des mouvements de populations, de nombreux fonds complémentaires permettent de retracer l’histoire des immigrés et étrangers en Seine-Maritime aux XIXe et XXe siècles. Au sein de la série M ou de la série Z, de nombreux dossiers issus des sous-séries 1 M, Administration générale du département, 4 M, Police, et de la série Z, Sous-préfectures, permettent d’étudier la surveillance des émigrés, exercée essentiellement par la police, sous les ordres de la préfecture. Dans les fonds des tribunaux de Première instance (sous-séries 3 U 1 à 3 U 5) sont conservés des dossiers d’infractions aux lois sur les étrangers, déclarations de nationalités, rectifications d’état civil, défauts de carte de séjour, interdictions de séjour, embarquements clandestins, emploi de main-d’œuvre étrangère en situation irrégulière, séquestres de biens étrangers, expulsions. Au sein de la série W, de nombreuses informations peuvent être trouvées dans les archives du cabinet de la préfecture et des différents services qui se sont succédés depuis 1940 dans le service des étrangers, ainsi que dans les archives de la police pour l’aspect surveillance des étrangers. Les documents correspondant à l’histoire de la main d’œuvre étrangère dans le département sont à chercher dans la sous-série 60W. On pourra consulter, enfin, les archives émanant des associations d’aides aux immigrés ou aux travailleurs étrangers. 

 Consacrée principalement aux documents qui découlent de la tutelle administrative de l’État en matière fiscale,  la série P « Finances, cadastres et postes » comporte cependant une sous-série particulièrement intéressante pour notre champ de recherche. La sous-série 5 P est en effet constituée des archives des directions régionales des douanes du Havre et de Rouen, qui ont la charge du contrôle et de la taxation des marchandises ainsi que de la lutte contre la contrebande et la surveillance des lieux de dédouanement. Des manifestes d’entrées de navires étrangers pour Rouen sont conservés pour les années 1916-1928. Cette sous-série peut être complétée par deux versements de la série W, qui regroupe les archives contemporaines postérieures à 1940 : 2167 W pour Rouen dans lequel on trouve les actes de francisation des navires (1884-1922) et 2621 W pour Le Havre qui contient des dossiers de navires (1899-1940) et des déclarations de construction, francisation et modifications des bateaux (1881-1970).

Enfin, la sous-série 6P, contient des dossiers retraçant le développement des réseaux de télécommunications (télégraphe, téléphone), partie intégrante de la connexion du département au reste de la Normandie et du monde.

Au sein de la série T « Enseignement, Affaires culturelles, Sports », signalons particulièrement les sous-série 4T « Affaires culturelles » et 5T « Sport », qui contiennent quelques informations sur les jumelages mis en place par les communes et animées par le réseau associatif. Le même type de renseignements est à retrouver dans la série V « Cultes 1801-1905 », quasi-exclusivement consacrée au culte catholique et qui contient une sous-série relative aux congrégations religieuses.

Enfin, la série R « Affaires militaires » contient des informations relatifs à la préparation militaire ou au recrutement et fournit des renseignements sur les mouvements des troupes ou les occupations étrangères. Le département de Seine-Inférieure a accueilli, au cours de la Première Guerre mondiale, de nombreux réfugiés belges. Les documents relatifs à ce sujet sont à trouver dans les sous-séries 1M, 2Z et 10RP.

VD.

“Normandie esclavage”, aux racines de l’époque contemporaine

Dans le prolongement des travaux du colloque Normonde dédié à l’époque moderne (7-8 mars au Havre), un bel outil doit être mis en lumière, la base Normandie Esclavage: http://www.normandie-esclavage.fr/

Ce site, intitulé “Histoire et mémoire de la traite atlantique, de l’esclavage des noirs et de leurs abolitions” est une réalisation issue d’une recherche menée dans le cadre d’un projet soutenu par le Grand Réseau de Recherche Culture et société en Normandie entre 2013 et 2015 sous la direction d’Eric Saunier.

Quoique tournée vers la période moderne, cette base de données donne un aperçu très pertinent des lieux et des acteurs dynamique jusque dans les années 1815. L’onglet “La Traite normande: armateurs, équipages et migrants forcés” propose des entrées détaillées par:
– officiers d’état-major
– officiers mariniers
– personnel non marinier
– hommes d’équipage
– passagers de couleur
– et un accès général par ordre alphabétique.
La partie consacrée aux armateurs et négociants est en attente de mise en ligne.

Un onglet prometteur “textes et correspondances inédits” comporte une entrée “Souvenirs coloniaux 1830-1856”, également en attente de mise en ligne.

Cette référence paraît essentielle pour comprendre et aborder les enjeux de la Normandie maritime du XIXe siècle.

FD.

 

 

Journées d’études “La Normandie et les colonies”

Jeudi 7 et vendredi 8 mars, l’université du Havre accueillait la conférence “La Normandie et les colonies: une histoire et un patrimoine en partage”.

Essentiellement axé sur le volet moderniste du projet Normonde, les prolongements sur le XIXe siècle ont été nombreux. En après-midi de la première journée, les spécialistes des Antilles, Erick Noël et Bernard Michon, ont par exemple noté que l’importance des implantations normandes tend à diminuer au profit des Aquitains au XVIIIe siècle. On peut donc ici envisager une explication à la (relative) moindre influence des réseaux normands outre-mer à la fin du XIXe siècle.

Au cours de la deuxième journée, Claude Malon a ouvert des perspectives jusqu’au début du XXe siècle en soulignant les liens forts entretenus par la ville du Havre avec le commerce du rhum et du coton. Il a notamment souligné l’apparition d’une identité coloniale tardive dans le port, en tout cas postérieure à Marseille ou Bordeaux.

Enfin, la toute dernière contribution, celle de Christelle Lozère sur les expositions coloniales au Havre, a également permis de faire entrer pleinement ce colloque Normonde dans la période contemporaine.

A cette occasion, la bibliothèque universitaire du Havre a proposé une sélection d’ouvrages et d’articles sur le thème: Normandie et colonies.

FD.

Archives départementales de Seine-Maritime – Inscription maritime

Conservées à Rouen, au sein de la médiathèque Simone de Beauvoir, dans le quartier de Grammont situé sur la rive gauche de la Seine, les archives départementales de Seine-Maritime (autrefois Seine Inférieure) présentent naturellement un corpus riche de documents originaux pour qui s’intéresse aux connexions internationales de la Normandie. Avec Le Havre et Rouen, le département compte en effet deux des principales villes de la région, mais surtout deux des principaux ports français, auxquels il faut ajouter le port de Dieppe, qui se classe parmi les dix premiers points d’entrées de marchandises sur le territoire français pour certaines périodes.

Parmi les documents conservés, on signalera donc plus particulièrement dans ce billet les fonds relatifs aux circulations fluviales et maritimes, emblématiques de l’histoire des connexions internationales de la Normandie. On y retrouve les catégories de documents suivantes :

  • Registres matricule des gens de mer : quartier de Rouen (1764-1885) et du Havre (1751-1950). Ceux des quartiers de Dieppe et Fécamp sont conservés par le ministère de la Défense (Service historique de la défense, Cherbourg).

Outre les renseignements civils, le matricule permet de reconstituer la carrière de chaque marin pour différentes catégories de personnel (capitaines, maîtres, pilotes, matelots, novices, mousses, ouvriers, hors de service…). Il est ainsi possible par exemple, à partir de ces registres, de reconstituer l’étendue des circulations internationales des marins normands, à partir d’un échantillon.

  • Rôles des bâtiments de commerce : Une série distincte pour les matricules des bateaux de plaisance existe pour Le Havre entre 1850 et 1906 et pour Rouen (1885-1906).

Ces registres permettent de reconstituer, en fonction du port d’attache d’un navire, les traversées effectuées et les désarmements successifs, en sus d’informations techniques sur le bâtiment.

  • Répertoires d’armement et de désarmement des bâtiments de commerce:

Ils comportent pour chaque entrée ou sortie du port, un certain nombre de renseignements, parmi lesquels :

  • la date et le numéro d’armement,
  • le nom du bâtiment,
  • le nom du capitaine,
  • la destination du navire,
  • le nombre de membres d’équipage,
  • le lieu de retour (même si différent de Rouen ou du Havre),
  • la date et le numéro du désarment

Indiquant la date, le lieu et le numéro de désarmement, les répertoires permettent également de retrouver le rôle des bâtiments de commerce correspondant.

  • Les registres d’entrées et de sorties

Ces registres concernent tous les bâtiments de commerce français et étrangers qui ont fait escale au Havre et à Rouen. Ils comportent la date d’entrée dans le port, le nom du navire, son tonnage, la composition succincte de l’équipage, la destination, la nature de la cargaison, le nom de l’armateur.

Ils permettent donc, là aussi, de pouvoir reconstituer les circulations internationales mais également de lier les ports de provenance ou de destination des navires avec le type de marchandises transportées, ce que ne permettent pas de déterminer, par exemple, les Tableaux de la navigation et du commerce. Il s’agit donc d’une source essentielle pour la réalisation d’une étude qualitative de certaines connexions internationales ou de certains produits. On pense ici notamment à l’étude du commerce colonial.

  • Matricules des bâtiments de commerce

Ces registres récapitulent les informations enregistrées pour chaque navire au moment de leur armement ou de leur désarmement. On y retrouve ainsi les informations suivantes :

  • le nom du navire
  • le port d’attache
  • le numéro d’enregistrement
  • le tonnage
  • le lieu et la date de construction
  • le nom du propriétaire
  • le nom de l’armateur
  • les noms, filiation, conditions d’engagement, quartier et numéro d’immatriculation des membres de l’équipage
  • la nature de la cargaison
  • la liste des passagers

Les rôles se présentent sous forme de formulaire avec de nombreuses pièces annexes (procès-verbaux, correspondances…) remplies au cours de la traversée, documents riches d’informations sur le navire (détail et répartitions des prises pour les baleiniers par exemple) et sur la vie du matelot à bord (inventaires après décès, circonstances détaillées des disparitions en mer et décès, etc.).

Cette source se prête donc davantage à une analyse détaillée de quelques navires en fonction de leur propriétaire ou d’un type de circulation ou de commerce particulier. Elle peut également se prêter, grâce aux documents annexes, à des études sur la vie à bord des navires pour une période ou un type de bâtiments déterminés.

VD.

 

Regard sur les blogs amateurs d’histoire maritime

Certains sites Internet animés par des passionnés d’histoire maritime peuvent révéler de précieuses informations et guider l’historien vers de nouvelles sources. Parmi les blogs qui peuvent alimenter les connaissances sur la Seine normande comme axe de la mondialisation, citons aujourd’hui:

https://maitres-du-vent.blogspot.com/

Animé par les éditions MDV jusqu’en 2015, cet espace rassemble pêle-mêle des actualités et des documents historiques. Un système d’étiquettes permet de retrouver tout ce qui est en lien avec la Normandie et ses principaux ports.

Les émigrants attendent le départ au Havre en 1910. Collection privée, tous droits réservés. Image empruntée au site https://maitres-du-vent.blogspot.com/

https://archives-maritimes.blogspot.com/

Continuité du précédent, ce site est mieux conçu et plus étoffé. Il contient notamment, à ce jour, 61 entrées sur Le Havre, 29 sur Dieppe, 25 sur Cherbourg et 7 sur Rouen. Sur ce port pour ne prendre qu’un exemple, on trouve aussi bien des extraits de journaux sur l’arrivée des premiers navires alliés dans le port de Rouen en octobre 1944, que des photographies amateurs des infrastructures portuaires dans les années 1970…

http://www.marine-marchande.net/

Davantage basé sur l’actualité de la marine marchande, ce site est régulièrement mis à jour par une solide équipe et contient toutefois des ressources historiques pertinentes comme une liste de navires français avant 1970 (environ 1800 répertoriés) et une impressionnante bibliographie.

FD.

La Nouvelle-Aquitaine et les Outre-Mers

La région Nouvelle-Aquitaine développe, depuis 2016, un projet relativement similaire à Normonde. Une source d’inspiration intéressante car de nombreuse problématiques sont similaires entre les deux régions, de la traite négrière aux logiques migratoires en passant par le lien contemporain à l’outre-mer…

https://naom.hypotheses.org/

Et ici, la présentation complète du projet!

FD.

Nous y travaillons! Revenez un peu plus tard…

N’hésitez pas à laisser vos suggestions en commentaires. Nous sommes preneurs de toutes les pistes qui peuvent nous permettre de mettre en lumière les acteurs de la mondialisation normande de 1815 à 1960. Armateur, commerçant, migrant, personnalité politique, marin, etc. Toutes les histoires ont leur place ici!

  • Rédacteur en chef : François Drémeaux
  • Équipe de rédaction : Vincent Duchaussoy & François Drémeaux

François Drémeaux est docteur en histoire contemporaine, ingénieur de recherche à l’Université Le Havre-Normandie et Visiting Assistant Professor à l’Université de Hong Kong. Il enseigne également à Sciences-Po Paris (campus du Havre). Il a étudié l’évolution de la communauté française à Hong Kong dans l’entre-deux-guerres et étend désormais ses recherches plus largement aux présences françaises à l’étranger. Il a mis en valeur le rôle des agences terrestres de la compagnie des Messageries Maritimes sur la ligne d’Extrême-Orient et s’intéresse aux présences et réseaux normands dans le monde.

Vincent Duchaussoy est docteur en histoire contemporaine, ingénieur de recherche à l’Université Rouen-Normandie. Il enseigne également à l’université de Versailles-St Quentin. Spécialiste de l’histoire économique et financière, ses recherches portent sur l’histoire des institutions financières dans les relations internationales, et notamment sur les dynamiques d’intégration régionale, en Europe comme en Afrique. Il s’intéresse actuellement plus spécialement aux circulations économiques et financières entre la France et son ancien empire colonial.

Chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence

La CCIMP dispose de fonds d’archives conséquents, issus en partie de dépôts réalisés par d’anciennes compagnies maritimes d’envergures nationales ayant leur siège à Marseille (les Chargeurs Réunis en particulier). Il n’est donc pas étonnant d’y trouver des informations sur les activités portuaires du Havre et, dans une moindre mesure, de Rouen. Il n’existe pas d’inventaire en ligne mais les personnels sur place permettent de s’orienter facilement dans les fonds.

Les sources intérressants la Normandie peuvent être classées en trois grandes catégories:

  • Port autonome du Havre (1911-1966): conseils d’administration, comptes-rendus de commissions, comités de direction, et notamment deux dossiers sur la reconstruction du port à la fin des années 1940. Il existe également un volumineux dossier de documentation et de coupures de presse sur l’évolution du port du Havre (1821-1966.
  • Activités du port de Rouen (1889-1965): au même titre que pour Le Havre, la CCIMP conserve un dossier d’informations, plus modeste toutefois, sur le port de Rouen. On trouve également quelques renseignements sur des navires en route vers Rouen, pris par des corsaires dans les années 1823-1825 ou encore sur les exonérations et réductions de taxes dans les années 1960.
  • Chargeurs Réunis (1889-1976): statuts, bilans d’activités, rapports de visites d’agences, etc. Une grande variété de documents sur les lignes au départ du Havre vers l’Amérique latine, sur la réorganisation de la compagnie dans les années 1970 et sur les biens possédés au Havre par la Société civile immobilière de la Frileuse.
  • Pêle-mêle, il existe également des dossiers sur les sociétés Atlantica et SOTRASOL dans les années 1970, quelques pièces sur les activités normandes de la Société Navale Chargeurs Delmas-Vieljeux (SNCDV) ou encore le logisticien Ata-Walon à la même époque, et sur les Docks frigorifiques du Havre dans les années 1930 et 1940. La CCIMP conserve également ses échanges avec la Chambre de commerce du Havre (1924-1948) et de Rouen (1938).

Les cotes de la série L/19/60 sont particulièrement concernées par ces sources; quelques autres cotes plus techniques peuvent être envisagées (MR 533, droits et taxes de port; MR 5621, documentation sur les ports; MJ 61235, exonérations et réductions de taxes; MJ 621041, hangars et emplacements des compagnies maritimes).

FD.

Tableau général de la navigation

Publié de 1835 à 1960 par l’administration des Douanes, le Tableau général de la navigation complète le Tableau général du commerce de la France avec les colonies et les puissances étrangères. Il en constitue parfois une partie ou est publié sous forme d’un tome additionnel, selon les années. C’est une source précieuse et très détaillée pour qui s’intéresse à l’histoire du commerce international de la France aux XIXe et XXe siècles du point de vue des mouvements maritimes. Issu de données compilées par les différents ports du pays, y compris les plus petits, il offre une vue précise et complètes des mouvements de navigation, indiquant la provenance et la destination des navires qui entrent et sortent de chaque port français.

S’agissant de la Normandie, on retrouve ainsi ces informations pour chacun des ports suivants : Barfleur, La Bouille, Caen, Carentan, Carteret, Cherbourg, Courseulles, Dieppe, Duclair, Fécamp, Goury-Auderville, Granville, Honfleur, Isigny, Port-Bail, Port-en-Bessin, Regnéville, Rouen, St Valéry en Caux, Le Trait, Le Tréport, Trouville et Villequier. 

Les données ainsi compilées permettent donc de restituer les mouvements annuels de navigation et de déterminer le nombre de navires par pays de provenance ou de destination. Elles permettent également de distinguer, parmi ces données, les navires chargés des navires sur lest, ainsi que le pavillon du navire selon qu’il est français ou étranger.

Cette source ne permet pas, en revanche, de déterminer avec précision la nature des biens échangés. Toutefois, la possibilité de distinguer dans le flux des navires les bâtiments chargés des bâtiments sur lest permet de mesurer la vocation commerciale de chaque port. Enfin, à partir de la littérature disponible et des sources primaires conservées par exemple dans le Centres d’archives départementales, les différentes destinations peuvent être associés à des types de marchandises plus précis et permet donc des recoupements avec les informations issues du Tableau général du commerce.

Une fois la base de données constituée, celle-ci permettra de restituer assez fidèlement les liaisons maritimes commerciales liant la Normandie au reste du monde pour la période concernée et de quantifier l’importance de chacun des ports de provenance et de destination pour chaque port normand. Elle offre notamment des possibilités de traitement cartographique pour figurer ces relations et leurs évolutions.

VD.

Tableau général du commerce

Publié de 1835 à 1960 par l’administration des Douanes, le Tableau général du commerce de la France avec les colonies et les puissances étrangères est une source précieuse pour qui s’intéresse à l’histoire du commerce international de la France aux XIXe et XXe siècles. Issu de données compilées par les douanes françaises des différents ports et postes frontières du pays, il offre une vue précise des volumes échangés et de leur valeur, ainsi que de la diversité des produits qui entrent et sortent du territoire.

On trouve tout d’abord des renseignements généraux relatifs aux exportations et importations de l’année écoulée, exprimés en volume et en valeur, agrégés au niveau national et détaillé parmi les quinze à vingt principaux postes douaniers.

On y trouve également, pour chacune de ces principales douanes, le détail des marchandises importées et exportées, exprimées là aussi en volume et en valeur. Pour ce qui nous intéresse, le Tableau général du commerce offre ainsi une vue très précise des entrées et sorties de marchandises dans les ports normands de Dieppe, Le Havre et Rouen, pendant plus d’un siècle.

Si la source ne permet de déterminer la provenance ou la destination de chacune de ces marchandises, elle permet donc néanmoins de quantifier les volumes entrants et sortants, d’en observer les variations sur une longue durée, ainsi que de les rapporter aux statistiques nationales comme à celles des autres douanes françaises.

La constitution d’une base desdonnées issues du Tableau général du commerce permettra ainsi de déterminernotamment l’évolution du poids des trois principaux ports normands dans l’évolution du commerce international de la France pendant la période, mais également de s’interroger sur ses spécificités commerciales au regard des autres pointsd’entrée et de sortie du territoire national. 

VD.