Une dynastie entrepreneuriale normande précocement mondialisée : les Hersent, bâtisseurs de ports (Alger, Anvers, Bizerte, Fedala, Dakar, Lisbonne, Rosario, Toulon et alii)

Dominique Barjot (Académie des Sciences d’Outre-Mer, Renmin University of China, Sorbonne Université)

Fondée par Hildevert Hersent (1827-1903), l’entreprise homonyme s’était imposée, avant la Première Guerre mondiale, comme l’une des firmes françaises de travaux publics les plus innovantes, mais aussi les plus rentables. Elle le devait à d’immenses chantiers (pont de Kehl, régularisation du Danube à Vienne), notamment portuaires (Bizerte, Brest, Bordeaux, Dakar, Lisbonne, Rosario, Saigon, Toulon, mais, surtout, Anvers), où elle introduisit des procédés (fondation par caissons à l’air comprimé) ou des machines (excavateur, drague à godets) exceptionnels. Mais elle le devait aussi à son remarquable bureau d’études, où s’exprimait l’inventivité inépuisable d’Hildevert Hersent (canal de Panama, étude de la première usine marémotrice de La Rance, projet de pont sur La Manche). L’oeuvre du fondateur fut poursuivie par ses fils Jean (1863-1946) et Georges (1865-1950), tous deux centraliens, grâce à de nouveaux chantiers hors du commun (ports de Bizerte, de Cherbourg, du Pirée et du Verdon à Bordeaux), mais aussi dans l’Empire (Alger, Casablanca, Fedala, dragages du Tonle Sap au Cambodge) ou à l’étranger (port du Pirée, Transiranien). Ils bénéficièrent aussi de l’exploitation de concessions portuaires rentables (Lisbonne et, surtout, Rosario), d’opérations immobilières bien venues aux États-Unis et d’une alliance indéfectible avec Schneider et Cie. En 1939, la Société
Anonyme Hersent était la seconde plus grosse entreprise française de travaux publics, mais aussi la plus profitable. Si, avec la troisième génération, la Seconde Guerre mondiale marqua le point de départ du déclin, le refus de collaborer s’accompagnant d’un tropisme colonial tardivement anachronique, l’entreprise se mua en groupe financier, absorbé
plus tard par Suez, et se relança grâce au parapétrolier, ce dont finit par bénéficier Bouygues Offshore.

Les banquiers normands et les flux financiers régionaux dans la mondialisation des XIXe et XXe siècles

Vincent Duchaussoy (Université Rouen Normandie – GRIHs)

Dans Tristes Tropiques, Claude Lévi-Strauss évoque sans pouvoir la confirmer la possibilité d’une découverte dieppoise du Brésil par Jean Cousin, quatre ans avant le voyage de Christophe Colomb. Celui-ci prouverait l’engagement ancien des Normands sur les routes du monde et dans les prémices de la colonisation. Pourtant, si l’on songe aux phénomènes plus contemporains de colonisation et à leur financement, notamment en Afrique, les maisons de crédit bordelaises et marseillaises sont davantage représentées. Est-ce à dire que les Normands ont délaissé les routes du Nouveau Monde ? Bien au contraire. De nombreuses entreprises normandes sont en effet engagées dans les relations – notamment commerciales – avec les mondes extra-européens. On peut citer en exemple la société Raoul-Duval, fondée en 1826 avec pour activité principale le commerce de produits tropicaux et qui existe toujours. Ces sociétés de commerce extérieurs bénéficient pour la plupart de capitaux puisés dans le tissu bancaire local et régional, les réseaux financiers normands jouant ainsi un rôle décisif dans la conquête de marchés internationaux sans pour autant paraître en première ligne.
À travers un panorama des travaux existants, cette communication se propose de restituer le rôle des réseaux bancaires et financiers normands dans la participation des Normands à la mondialisation des XIXe et XXe siècle.

La Seine normande à contre-courant : le mouvement anticolonial vietnamien au Havre (1920-1936)

François Drémeaux (Université Le Havre Normandie – IDEES LH – Hong Kong University)

Axe commercial de première importance relié à l’empire, la Seine normande s’ouvre davantage aux étrangers dans l’entre-deux-guerres. Des hommes et des femmes originaires des territoires soumis s’établissent, concrétisant ce monde colonial dans le quotidien des Normands.
Les Vietnamiens sont peu nombreux, mais leur présence au Havre est marquée par quelques singularités (mariages mixtes, possession de commerces…). A priori intégrés à l’économie du port colonial, ils jouent cependant, en marge, une autre partition de la mondialisation, celle de la lutte anticoloniale. Entre 1920 et 1936, le port devient un relais logistique pour l’impression et la diffusion de tracts, une plateforme de sensibilisation de l’opinion et un terrain à conquérir pour les différentes factions indépendantistes.
Le Havre est tout à la fois un avant-poste de la cause en métropole, le plus souvent sous l’influence de Marseille, et une base arrière pour les militants établis à Paris. Au coeur de ce triangle, il convient également d’explorer le rôle actif du parti communiste et celui, passif, des compagnies maritimes comme vecteurs de la propagande anticoloniale.

L’arsenal de Cherbourg dans les deux guerres mondiales

Magali Lachèvre (SHD Cherbourg – PEMAR)

L’arsenal militaire de Cherbourg, en constante évolution depuis sa création, est en 1914 en train de se spécialiser dans la construction de sous-marins. Si la Première Guerre mondiale n’impacte pas directement le port de Cherbourg, trop éloigné du Front, elle bouleverse l’arsenal, tant dans son organisation avec l’arrivée massive de femmes et d’apprentis pour compenser le départ des ouvriers au Front, que dans sa production : transformé en usine à munitions, il abandonne la construction de sous-marins. Dans l’entre-deux-Guerres, la remise en cause de la construction navale qui menace son existence le contraint à diversifier ses activités en direction de l’hydraviation mais aussi de la marine marchande, jusqu’à la reprise de la construction de sous-marins en 1927. En 1939, la mobilisation oblige à nouveau l’arsenal à s’adapter à la pénurie de main-d’oeuvre jusqu’à son occupation par l’armée allemande le 19 juin 1940, à l’issue de violents combats et de nombreuses actions de sabotage. Progressivement rouvert à l’automne, l’arsenal est mis au service de l’occupant, essentiellement pour l’entretien de ses vedettes rapides ; alors que Cherbourg retrouve, pour l’armée allemande, sa position historique de poste avancé face à l’Angleterre, la population ouvrière de l’arsenal, très touchée par le STO, oscille entre mauvaise volonté et actions de résistance –essentiellement sous forme d’espionnage. Consciencieusement saboté, ainsi que le port, par l’armée allemande avant sa reddition en juin 1944, l’arsenal connaît à nouveau une activité intense jusqu’au départ de l’armée américaine le 1er juillet 1945.

La Normandie, une région au service de l’avitaillement des paquebots de la Compagnie Générale Transatlantique ? (fin XIXe-début XXe siècle)

Jean-Baptiste Schneider (Université Le Havre Normandie – IDEES LH)

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, la marine à vapeur supplante la marine à voile. La réduction constante du temps de traversée associée à l’augmentation régulière du tonnage des paquebots accroît considérablement le transfert de personnes entre continents. Face à cette accélération du transit de passagers, les sociétés maritimes doivent adapter leur politique d’achat des vivres nécessaires à l’alimentation des voyageurs qui, durant plusieurs jours, sont totalement dépendants des stocks du bord. Comment s’organise la Compagnie Générale Transatlantique (CGT) pour assurer un avitaillement permanent de sa flotte tout en veillant à sa rentabilité ? Quelles sont les entreprises privilégiées et existe-t-il des dispositifs spécifiques dédiés à l’approvisionnement de ses paquebots ?
L’étude des procès-verbaux des réunions du conseil d’administration et du comité de direction de la CGT complétée par l’analyse des rapports des assemblées générales conservés dans les archives de l’EPPC French Lines & Compagnies nous livrent des informations probantes sur le système d’approvisionnement adopté par la société française de navigation lors de sa création en 1861. Qui plus est, le dépouillement des quelques 5 000 pages manuscrites de comptes rendus qui couvrent une période allant de 1875 à 1914, dévoile, d’une part, les différentes stratégies d’avitaillement employées en fonction du développement de la CGT et, d’autre part, met en lumière les multiples fournisseurs des denrées alimentaires destinées aux paquebots havrais.

Des archives globales : les fonds non classés de French Lines & Compagnies

François Drémeaux (Université du Havre Normandie – IDEES LH – Hong Kong University)

L’établissement public French Lines & Compagnies, situé au Havre, conserve une grande partie du patrimoine des anciennes compagnies maritimes françaises d’économie mixte, telles que les Messageries Maritimes (MM), la Compagnie Générale Transatlantique (CGT) ou encore la Compagnie Générale Maritime (CGM), ainsi que de nombreuses pièces ayant appartenu à d’autres sociétés maritimes privées. Au sein de cette collection unique en Europe se trouvent un peu plus de 5km
linéaires d’archives, dont près de la moitié n’avait pas fait, jusque récemment, l’objet d’un classement. L’un des objectifs de la mission Normonde était de réaliser des sondages dans ces fonds pour en comprendre l’étendue et pour envisager leur mise en valeur académique.
Ce dépouillement partiel a permis de révéler des documents plus riches et plus anciens que prévu. Autrefois archives vivantes des compagnies, compilées au gré des fusions et des déménagements, cet ensemble vient compléter avec pertinence les fonds déjà classés et permet d’envisager de nouvelles investigations. Du local au global, ces archives ont une résonnance normande précieuse et une portée nationale et internationale dont l’historiographie contemporaine pourrait tirer de stimulantes perspectives.

Présentation de la base de données « Les ports normands dans les échanges mondiaux »

Vincent Duchaussoy (Université de Rouen Normandie – GRHis)

Le Tableau général du commerce et de la navigation de la France avec les colonies et les puissances étrangères (1825-1960) répertorie, pour chaque année, les quantités de marchandises importées et exportées depuis les principales douanes du pays, ainsi que la circulation des navires entre les ports français et l’étranger. L’exploitation statistique de ces données, recueillies dans une base de données, permet de dégager quelques grandes évolutions des flux commerciaux des ports de Dieppe, Le Havre et Rouen, ainsi que l’évolution des relations commerciales internationales entretenues par les ports normands au fil de ces années. La présente communication a pour objet de présenter l’outil construit à cette occasion et de formuler quelques premières analyses issues de son exploitation.

Du local au global. La circulation internationalisée du culte de Sainte Thérèse de Lisieux

Christian Lambart, Chef d’établissement, Docteur en Histoire, Agrégé d’histoire-géographie

Thérèse Martin (1873-1897) symbolise simultanément le maintien d’une religion populaire simple et discrète et le  renouveau de la foi du XIXème. Morte à 24 ans, après quelques années au Carmel, l’histoire de sa vie est rapidement connue. La diffusion de ses écrits porte un message de simplicité et d’amour qui suscite un engouement dans toute l’Europe. Béatifiée   le 29 avril 1923 et canonisée le 17 mai 1925 par Pie XI, elle est proclamée Docteur de l’Eglise universel en 1997 par Jean Paul II. Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face est présente dans le monde entier, son statuaire est visible dans de nombreuses églises du monde entier. Son accès à la sainteté est également hors norme. Quasiment  canonisée par les poilus de la Grande Guerre et surnommée la « patronne des poilus », elle n’accède pas à la canonisation par étape mais son rayonnement emprunte les voies de la mondialisation et sort des cadres traditionnels de l’Eglise. Elle supplante les Saints nationaux Saint Martin, Saint Jeanne d’Arc et Saint Louis.

Chaque année à Lisieux se tient un rassemblement où pèlerins du monde entier se donnent rendez-vous le dernier samedi de septembre et les cérémonies durent une semaine. Ses reliques ont été demandées par 34 pays dans le monde depuis une quinzaine d’année, de Manille à Bagdad, en passant par New York (40 000 personnes à la cathédrale Saint-Patrick ! Elle est patronne des missions, patronne secondaire de France et de Russie.

Au-delà de la dimension spirituelle et de ses écrits ayant autorité doctorale dans la diffusion du message évangélique qui appartiennent à l’histoire de l’Eglise. Il s’agit bien d’un destin hors norme qui fait de Lisieux et de sa région un centre de pèlerinage au rayonnement international. C’est un espace spirituel qui s’organise autour d’une petite ville de province du XIXème siècle pour s’étaler dans un temps long. Tous les continents honorent ou connaissent cette jeune femme devenue Sainte.

Libéralisme, opium et esclavage : les connexions normandes de Lorenzo Calvo y Mateo, marchand espagnol en Chine au début du XIXe siècle

Ander Permanyer Ugartemendia, Universitat Oberta de Catalunya (Barcelone)

L’espagnol Lorenzo Calvo y Mateo, agent de la Compagnie Royale des Philippines à Canton de 1816 à 1822, développa le commerce de consignation d’opium entre l’Inde et la Chine. Grâce à la reconfiguration du commerce colonial espagnol à la fin de l’empire américain, à travers ses relations dans le commerce philippin et à sa collaboration avec les britanniques, il devint un acteur majeur pendant cette courte période.

En 1822, Calvo y Mateo retourne en Europe, et s’installe à Paris en 1827. C’est d’ailleurs qu’il développera une énorme structure de maisons commerciales entre l’Europe et l’Asie. À Manille, il s’associera avec deux compagnies commerçantes philippines, dédiées à l’exportation de produits de plantation philippins et à la naissante industrie locale. En Chine, il maintiendra ses intérêts dans le commerce d’opium. Sur le territoire français il établira la compagnie Laurent Calvo et Cie à Paris, et celle de Bergmiller, Calvo et Cie au Havre.

Cette présentation va explorer les intérêts normands de Calvo, dont la plupart nous sont encore méconnus. Nous savons que le nom de Calvo était lié à la maison locale de Baudin, Etesse et Cie, de laquelle nous avons retrouvé des traces prouvant des collaborations aux intérêts euro-asiatiques de Calvo. Le nom de cette maison havraise apparaît même comme prête-nom dans quelques uns des intérêts de Calvo. De même, Charles Baudin et Lorenzo Calvo partageaient un militantisme libéral. De fait, en 1831, l’espagnol demanda à Paris un emprunt pour financer la campagne de José María de Torrijos pour réinstaurer un gouvernement libéral dans l’Espagne de Ferdinand VII.