Colloque de restitution Normonde

Du 18 au 20 septembre, au Havre, se tenait le colloque de restitution du projet Normonde, marquant la fin du projet régional RIN. Plus de 35 historiens, de toutes spécialités et périodes, sont intervenus pour évoquer la Normandie dans la mondialisation du IXe au XXIe siècle. Une table-ronde avec des géographes et un préfet conseiller du gouvernement sur la vallée de la Seine a également ancré le sujet dans l’actualité avec un débat au sujet de HAROPA et l’avenir de l’axe Seine.

Lancé en novembre 2017 dans le cadre du Réseau des Intérêts Normands (RIN) de la Région Normandie, le programme NORMONDE ambitionne de comprendre – sur le temps long, IXe–XXIe siècle – la construction de l’espace normand et l’affirmation d’une identité́ régionale forte, en analysant l’impact et les effets de la circulation transmanche autour de l’axe Seine sur un millénaire. Décloisonnant les périodes historiques et les cadres spatiaux, NORMONDE doit permettre de comprendre à terme les logiques de création de ce nouvel espace géopolitique qui existe à différentes échelles locales, régionales, nationales, européennes et internationales. De fait le projet « Empires en Seine. Les Normands acteurs de la mondialisation IXe-XXIe siècles » entreprend d’étudier le degré d’ouverture au monde de cet ensemble territorial longtemps pensé comme deux espaces régionaux distincts à la fois historiquement et politiquement. Réunissant des chercheurs de différentes disciplines issues de l’ensemble des universités de la COMUE Normandie, NORMONDE est une illustration de la mutualisation des expertises des différents laboratoires existants sur le territoire de Normandie-Université́ et de leur possible intégration dans un réseau de recherche structuré et reconnu internationalement.

Ce dernier colloque met fin au programme NORMONDE. Il fait suite à une série de journées d’études et la constitution de bases de données historiques menées par cinq
ingénieurs de recherches sur la question de la Normandie pensée comme un acteur de la mondialisation dans le temps long. Après avoir laissé le temps de la restitution et organisé une table-ronde avec des géographes qui questionnent le devenir d’HAROPA avec des élus locaux et des acteurs de la société civile, le colloque académique va se focaliser sur trois axes pour compléter les travaux déjà rendus :
• Les ports et le territoire comme lieux d’échange
• Les circulations et les mobilités
• Les hommes comme acteurs

Rappelons pour mémoire que le programme de recherche NORMONDE est à la fois historiquement ancré dans et autour de la Normandie en proposant une focale sur l’axe de la Seine et la circulation trans-Manche comme facteur de « colonialité » et/ou de mondialisation qui serait mesuré ainsi que le rôle structurant qu’il joua du IXe au XXIe siècle dans la construction de l’espace normand que nous connaissons aujourd’hui. Il doit, pour se faire, décloisonner trois périodes historiques qui ne communiquent quasi jamais et utiliser de l’espace régional et ses acteurs pour, à travers tout un jeu d’échelles temporel et spatial, comprendre la construction de la région Normandie et l’affirmation de son identité. Le but étant de prendre la mesure et l’impact des effets retours de cette circulation globale sur un millénaire – le cas normand étant unique en termes de continuité dans l’histoire européenne.

Colloque NORMONDE

Profitant des travaux récents de ces deux dernières décennies autour de l’histoire médiévale du monde normand, de l’Histoire atlantique mais aussi de l’Histoire des empires coloniaux, de l’Histoire connectée, de la géographie de la globalisation mais, aussi, des travaux en Histoire (et en Géographie) maritime, NORMONDE vise à tirer profit de la dynamique de recherche impulsée dans le cadre de l’émergence de la nouvelle région Normandie. Il cherche à rassembler des forces vives autour de projets innovants fondés sur la mutualisation de connaissances dans une perspective permettant de mieux comprendre ce nouvel espace géopolitique qui existera à diverses échelles, locales, régionales, nationale, européenne et internationale. Le projet « Empires en Seine et les Normands acteurs de la mondialisation IXe-XXIe siècle » souhaite comprendre le degré d’intégration régionale dans la longue durée de ce qui avait été pensé comme deux espaces régionaux (Haute et Basse-Normandie) historiquement et politiquement différents. Il s’agit d’étudier le degré d’ouverture au monde de cet ensemble territorial à partir de l’angle des relations impériales qui se sont développées autour de l’axe structurant et dynamique de l’espace Seine et de prendre la mesure et l’impact des effets retours de cette circulation globale sur un millénaire.

On soulignera ici que ce projet bénéficie de l’expérience acquise par de nombreux chercheurs de la COMUE Normandie (laboratoires IDEES, GRHis, CRAHAM, PEMAR-MRSH) dans un chantier de recherche de l’histoire sociale et culturelle régionale investi de longue date, depuis la mise en place du projet fédéré « La Haute-Normandie une tradition d’ouverture sur le monde » qui avait été soutenu par le Grand Réseau de Recherche Haut-Normand entre 2009 et 2012 ou l’atlas espace Manche et les programmes INTERREG
EMDI et CAMIS. Par ailleurs, les porteurs ont aussi travaillé à des questions similaires dans d’autres régions et sur des sujets connexes qu’ils souhaitent développer à l’échelle normande tout en s’appuyant sur des équipes structurées en réseau de recherche en Normandie mais aussi dans l’Ouest français (Nantes, La Rochelle), à Paris (Paris-Sorbonne) et dans le bassin caraïbe. Le projet, résolument centré dans le domaine de l’histoire des mondialisations normandes, serait découpé en trois axes complémentaires mais connectés les uns aux autres par l’objet commun « Normands ».

Le comité scientifique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.