Une dynastie entrepreneuriale normande précocement mondialisée : les Hersent, bâtisseurs de ports (Alger, Anvers, Bizerte, Fedala, Dakar, Lisbonne, Rosario, Toulon et alii)

Dominique Barjot (Académie des Sciences d’Outre-Mer, Renmin University of China, Sorbonne Université)

Fondée par Hildevert Hersent (1827-1903), l’entreprise homonyme s’était imposée, avant la Première Guerre mondiale, comme l’une des firmes françaises de travaux publics les plus innovantes, mais aussi les plus rentables. Elle le devait à d’immenses chantiers (pont de Kehl, régularisation du Danube à Vienne), notamment portuaires (Bizerte, Brest, Bordeaux, Dakar, Lisbonne, Rosario, Saigon, Toulon, mais, surtout, Anvers), où elle introduisit des procédés (fondation par caissons à l’air comprimé) ou des machines (excavateur, drague à godets) exceptionnels. Mais elle le devait aussi à son remarquable bureau d’études, où s’exprimait l’inventivité inépuisable d’Hildevert Hersent (canal de Panama, étude de la première usine marémotrice de La Rance, projet de pont sur La Manche). L’oeuvre du fondateur fut poursuivie par ses fils Jean (1863-1946) et Georges (1865-1950), tous deux centraliens, grâce à de nouveaux chantiers hors du commun (ports de Bizerte, de Cherbourg, du Pirée et du Verdon à Bordeaux), mais aussi dans l’Empire (Alger, Casablanca, Fedala, dragages du Tonle Sap au Cambodge) ou à l’étranger (port du Pirée, Transiranien). Ils bénéficièrent aussi de l’exploitation de concessions portuaires rentables (Lisbonne et, surtout, Rosario), d’opérations immobilières bien venues aux États-Unis et d’une alliance indéfectible avec Schneider et Cie. En 1939, la Société
Anonyme Hersent était la seconde plus grosse entreprise française de travaux publics, mais aussi la plus profitable. Si, avec la troisième génération, la Seconde Guerre mondiale marqua le point de départ du déclin, le refus de collaborer s’accompagnant d’un tropisme colonial tardivement anachronique, l’entreprise se mua en groupe financier, absorbé
plus tard par Suez, et se relança grâce au parapétrolier, ce dont finit par bénéficier Bouygues Offshore.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.