Les banquiers normands et les flux financiers régionaux dans la mondialisation des XIXe et XXe siècles

Vincent Duchaussoy (Université Rouen Normandie – GRIHs)

Dans Tristes Tropiques, Claude Lévi-Strauss évoque sans pouvoir la confirmer la possibilité d’une découverte dieppoise du Brésil par Jean Cousin, quatre ans avant le voyage de Christophe Colomb. Celui-ci prouverait l’engagement ancien des Normands sur les routes du monde et dans les prémices de la colonisation. Pourtant, si l’on songe aux phénomènes plus contemporains de colonisation et à leur financement, notamment en Afrique, les maisons de crédit bordelaises et marseillaises sont davantage représentées. Est-ce à dire que les Normands ont délaissé les routes du Nouveau Monde ? Bien au contraire. De nombreuses entreprises normandes sont en effet engagées dans les relations – notamment commerciales – avec les mondes extra-européens. On peut citer en exemple la société Raoul-Duval, fondée en 1826 avec pour activité principale le commerce de produits tropicaux et qui existe toujours. Ces sociétés de commerce extérieurs bénéficient pour la plupart de capitaux puisés dans le tissu bancaire local et régional, les réseaux financiers normands jouant ainsi un rôle décisif dans la conquête de marchés internationaux sans pour autant paraître en première ligne.
À travers un panorama des travaux existants, cette communication se propose de restituer le rôle des réseaux bancaires et financiers normands dans la participation des Normands à la mondialisation des XIXe et XXe siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.