La Seine normande à contre-courant : le mouvement anticolonial vietnamien au Havre (1920-1936)

François Drémeaux (Université Le Havre Normandie – IDEES LH – Hong Kong University)

Axe commercial de première importance relié à l’empire, la Seine normande s’ouvre davantage aux étrangers dans l’entre-deux-guerres. Des hommes et des femmes originaires des territoires soumis s’établissent, concrétisant ce monde colonial dans le quotidien des Normands.
Les Vietnamiens sont peu nombreux, mais leur présence au Havre est marquée par quelques singularités (mariages mixtes, possession de commerces…). A priori intégrés à l’économie du port colonial, ils jouent cependant, en marge, une autre partition de la mondialisation, celle de la lutte anticoloniale. Entre 1920 et 1936, le port devient un relais logistique pour l’impression et la diffusion de tracts, une plateforme de sensibilisation de l’opinion et un terrain à conquérir pour les différentes factions indépendantistes.
Le Havre est tout à la fois un avant-poste de la cause en métropole, le plus souvent sous l’influence de Marseille, et une base arrière pour les militants établis à Paris. Au coeur de ce triangle, il convient également d’explorer le rôle actif du parti communiste et celui, passif, des compagnies maritimes comme vecteurs de la propagande anticoloniale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.