L’arsenal de Cherbourg dans les deux guerres mondiales

Magali Lachèvre (SHD Cherbourg – PEMAR)

L’arsenal militaire de Cherbourg, en constante évolution depuis sa création, est en 1914 en train de se spécialiser dans la construction de sous-marins. Si la Première Guerre mondiale n’impacte pas directement le port de Cherbourg, trop éloigné du Front, elle bouleverse l’arsenal, tant dans son organisation avec l’arrivée massive de femmes et d’apprentis pour compenser le départ des ouvriers au Front, que dans sa production : transformé en usine à munitions, il abandonne la construction de sous-marins. Dans l’entre-deux-Guerres, la remise en cause de la construction navale qui menace son existence le contraint à diversifier ses activités en direction de l’hydraviation mais aussi de la marine marchande, jusqu’à la reprise de la construction de sous-marins en 1927. En 1939, la mobilisation oblige à nouveau l’arsenal à s’adapter à la pénurie de main-d’oeuvre jusqu’à son occupation par l’armée allemande le 19 juin 1940, à l’issue de violents combats et de nombreuses actions de sabotage. Progressivement rouvert à l’automne, l’arsenal est mis au service de l’occupant, essentiellement pour l’entretien de ses vedettes rapides ; alors que Cherbourg retrouve, pour l’armée allemande, sa position historique de poste avancé face à l’Angleterre, la population ouvrière de l’arsenal, très touchée par le STO, oscille entre mauvaise volonté et actions de résistance –essentiellement sous forme d’espionnage. Consciencieusement saboté, ainsi que le port, par l’armée allemande avant sa reddition en juin 1944, l’arsenal connaît à nouveau une activité intense jusqu’au départ de l’armée américaine le 1er juillet 1945.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.