L’arsenal de Cherbourg dans les deux guerres mondiales

Magali Lachèvre (SHD Cherbourg – PEMAR)

L’arsenal militaire de Cherbourg, en constante évolution depuis sa création, est en 1914 en train de se spécialiser dans la construction de sous-marins. Si la Première Guerre mondiale n’impacte pas directement le port de Cherbourg, trop éloigné du Front, elle bouleverse l’arsenal, tant dans son organisation avec l’arrivée massive de femmes et d’apprentis pour compenser le départ des ouvriers au Front, que dans sa production : transformé en usine à munitions, il abandonne la construction de sous-marins. Dans l’entre-deux-Guerres, la remise en cause de la construction navale qui menace son existence le contraint à diversifier ses activités en direction de l’hydraviation mais aussi de la marine marchande, jusqu’à la reprise de la construction de sous-marins en 1927. En 1939, la mobilisation oblige à nouveau l’arsenal à s’adapter à la pénurie de main-d’oeuvre jusqu’à son occupation par l’armée allemande le 19 juin 1940, à l’issue de violents combats et de nombreuses actions de sabotage. Progressivement rouvert à l’automne, l’arsenal est mis au service de l’occupant, essentiellement pour l’entretien de ses vedettes rapides ; alors que Cherbourg retrouve, pour l’armée allemande, sa position historique de poste avancé face à l’Angleterre, la population ouvrière de l’arsenal, très touchée par le STO, oscille entre mauvaise volonté et actions de résistance –essentiellement sous forme d’espionnage. Consciencieusement saboté, ainsi que le port, par l’armée allemande avant sa reddition en juin 1944, l’arsenal connaît à nouveau une activité intense jusqu’au départ de l’armée américaine le 1er juillet 1945.

Regard sur les blogs amateurs d’histoire maritime

Certains sites Internet animés par des passionnés d’histoire maritime peuvent révéler de précieuses informations et guider l’historien vers de nouvelles sources. Parmi les blogs qui peuvent alimenter les connaissances sur la Seine normande comme axe de la mondialisation, citons aujourd’hui:

https://maitres-du-vent.blogspot.com/

Animé par les éditions MDV jusqu’en 2015, cet espace rassemble pêle-mêle des actualités et des documents historiques. Un système d’étiquettes permet de retrouver tout ce qui est en lien avec la Normandie et ses principaux ports.

Les émigrants attendent le départ au Havre en 1910. Collection privée, tous droits réservés. Image empruntée au site https://maitres-du-vent.blogspot.com/

https://archives-maritimes.blogspot.com/

Continuité du précédent, ce site est mieux conçu et plus étoffé. Il contient notamment, à ce jour, 61 entrées sur Le Havre, 29 sur Dieppe, 25 sur Cherbourg et 7 sur Rouen. Sur ce port pour ne prendre qu’un exemple, on trouve aussi bien des extraits de journaux sur l’arrivée des premiers navires alliés dans le port de Rouen en octobre 1944, que des photographies amateurs des infrastructures portuaires dans les années 1970…

http://www.marine-marchande.net/

Davantage basé sur l’actualité de la marine marchande, ce site est régulièrement mis à jour par une solide équipe et contient toutefois des ressources historiques pertinentes comme une liste de navires français avant 1970 (environ 1800 répertoriés) et une impressionnante bibliographie.

FD.