La Normandie, une région au service de l’avitaillement des paquebots de la Compagnie Générale Transatlantique ? (fin XIXe-début XXe siècle)

Jean-Baptiste Schneider (Université Le Havre Normandie – IDEES LH)

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, la marine à vapeur supplante la marine à voile. La réduction constante du temps de traversée associée à l’augmentation régulière du tonnage des paquebots accroît considérablement le transfert de personnes entre continents. Face à cette accélération du transit de passagers, les sociétés maritimes doivent adapter leur politique d’achat des vivres nécessaires à l’alimentation des voyageurs qui, durant plusieurs jours, sont totalement dépendants des stocks du bord. Comment s’organise la Compagnie Générale Transatlantique (CGT) pour assurer un avitaillement permanent de sa flotte tout en veillant à sa rentabilité ? Quelles sont les entreprises privilégiées et existe-t-il des dispositifs spécifiques dédiés à l’approvisionnement de ses paquebots ?
L’étude des procès-verbaux des réunions du conseil d’administration et du comité de direction de la CGT complétée par l’analyse des rapports des assemblées générales conservés dans les archives de l’EPPC French Lines & Compagnies nous livrent des informations probantes sur le système d’approvisionnement adopté par la société française de navigation lors de sa création en 1861. Qui plus est, le dépouillement des quelques 5 000 pages manuscrites de comptes rendus qui couvrent une période allant de 1875 à 1914, dévoile, d’une part, les différentes stratégies d’avitaillement employées en fonction du développement de la CGT et, d’autre part, met en lumière les multiples fournisseurs des denrées alimentaires destinées aux paquebots havrais.

Des archives globales : les fonds non classés de French Lines & Compagnies

François Drémeaux (Université du Havre Normandie – IDEES LH – Hong Kong University)

L’établissement public French Lines & Compagnies, situé au Havre, conserve une grande partie du patrimoine des anciennes compagnies maritimes françaises d’économie mixte, telles que les Messageries Maritimes (MM), la Compagnie Générale Transatlantique (CGT) ou encore la Compagnie Générale Maritime (CGM), ainsi que de nombreuses pièces ayant appartenu à d’autres sociétés maritimes privées. Au sein de cette collection unique en Europe se trouvent un peu plus de 5km
linéaires d’archives, dont près de la moitié n’avait pas fait, jusque récemment, l’objet d’un classement. L’un des objectifs de la mission Normonde était de réaliser des sondages dans ces fonds pour en comprendre l’étendue et pour envisager leur mise en valeur académique.
Ce dépouillement partiel a permis de révéler des documents plus riches et plus anciens que prévu. Autrefois archives vivantes des compagnies, compilées au gré des fusions et des déménagements, cet ensemble vient compléter avec pertinence les fonds déjà classés et permet d’envisager de nouvelles investigations. Du local au global, ces archives ont une résonnance normande précieuse et une portée nationale et internationale dont l’historiographie contemporaine pourrait tirer de stimulantes perspectives.

French Lines & C°

French Lines & Compagnies est un établissement public de coopération culturelle créé en décembre 2017 par la ville du Havre et la Région Normandie. Il a pour objet la conservation et la valorisation de l’histoire et du patrimoine de la Marine marchande française, de ses compagnies et de leurs ports, et notamment des fonds historiques hérités de la Compagnie Générale Transatlantique (CGT), des Messageries Maritimes (MM), de la CGM et de la SNCM.

30 000 objets de collection, 80 000 photographies… et 5km d’archives sont conservés au Havre, constituant la ressource la plus importante d’Europe en termes de patrimoine maritime.

L’un des objectifs de la mission Normonde est d’évaluer le potentiel scientifique des archives non classées. Sur les 5km conservés, 1,3km n’a encore fait l’objet d’aucun inventaire, soit l’équivalent de 11 900 boîtes d’archives. Il était communément admis qu’il s’agissait essentiellement d’archives de la CGM après 1974, d’un intérêt limité pour les historiens pour des raisons de communicabilité. Les premiers sondages révèlent qu’il n’en est rien… car si ces fonds proviennent bien de la CGM, ils contiennent également de très nombreuses ‘archives vivantes’ des compagnies fusionnées au fil du temps (CGT et MM).
Pour Normonde, la prochaine étape consiste à effectuer un récolement partiel de 15 à 20% de ces fonds. Plus de nouvelles sur ce carnet prochainement!

FD.