Présentation de la base de données « Les ports normands dans les échanges mondiaux »

Vincent Duchaussoy (Université de Rouen Normandie – GRHis)

Le Tableau général du commerce et de la navigation de la France avec les colonies et les puissances étrangères (1825-1960) répertorie, pour chaque année, les quantités de marchandises importées et exportées depuis les principales douanes du pays, ainsi que la circulation des navires entre les ports français et l’étranger. L’exploitation statistique de ces données, recueillies dans une base de données, permet de dégager quelques grandes évolutions des flux commerciaux des ports de Dieppe, Le Havre et Rouen, ainsi que l’évolution des relations commerciales internationales entretenues par les ports normands au fil de ces années. La présente communication a pour objet de présenter l’outil construit à cette occasion et de formuler quelques premières analyses issues de son exploitation.

Tableau général de la navigation

Publié de 1835 à 1960 par l’administration des Douanes, le Tableau général de la navigation complète le Tableau général du commerce de la France avec les colonies et les puissances étrangères. Il en constitue parfois une partie ou est publié sous forme d’un tome additionnel, selon les années. C’est une source précieuse et très détaillée pour qui s’intéresse à l’histoire du commerce international de la France aux XIXe et XXe siècles du point de vue des mouvements maritimes. Issu de données compilées par les différents ports du pays, y compris les plus petits, il offre une vue précise et complètes des mouvements de navigation, indiquant la provenance et la destination des navires qui entrent et sortent de chaque port français.

S’agissant de la Normandie, on retrouve ainsi ces informations pour chacun des ports suivants : Barfleur, La Bouille, Caen, Carentan, Carteret, Cherbourg, Courseulles, Dieppe, Duclair, Fécamp, Goury-Auderville, Granville, Honfleur, Isigny, Port-Bail, Port-en-Bessin, Regnéville, Rouen, St Valéry en Caux, Le Trait, Le Tréport, Trouville et Villequier. 

Les données ainsi compilées permettent donc de restituer les mouvements annuels de navigation et de déterminer le nombre de navires par pays de provenance ou de destination. Elles permettent également de distinguer, parmi ces données, les navires chargés des navires sur lest, ainsi que le pavillon du navire selon qu’il est français ou étranger.

Cette source ne permet pas, en revanche, de déterminer avec précision la nature des biens échangés. Toutefois, la possibilité de distinguer dans le flux des navires les bâtiments chargés des bâtiments sur lest permet de mesurer la vocation commerciale de chaque port. Enfin, à partir de la littérature disponible et des sources primaires conservées par exemple dans le Centres d’archives départementales, les différentes destinations peuvent être associés à des types de marchandises plus précis et permet donc des recoupements avec les informations issues du Tableau général du commerce.

Une fois la base de données constituée, celle-ci permettra de restituer assez fidèlement les liaisons maritimes commerciales liant la Normandie au reste du monde pour la période concernée et de quantifier l’importance de chacun des ports de provenance et de destination pour chaque port normand. Elle offre notamment des possibilités de traitement cartographique pour figurer ces relations et leurs évolutions.

VD.

Tableau général du commerce

Publié de 1835 à 1960 par l’administration des Douanes, le Tableau général du commerce de la France avec les colonies et les puissances étrangères est une source précieuse pour qui s’intéresse à l’histoire du commerce international de la France aux XIXe et XXe siècles. Issu de données compilées par les douanes françaises des différents ports et postes frontières du pays, il offre une vue précise des volumes échangés et de leur valeur, ainsi que de la diversité des produits qui entrent et sortent du territoire.

On trouve tout d’abord des renseignements généraux relatifs aux exportations et importations de l’année écoulée, exprimés en volume et en valeur, agrégés au niveau national et détaillé parmi les quinze à vingt principaux postes douaniers.

On y trouve également, pour chacune de ces principales douanes, le détail des marchandises importées et exportées, exprimées là aussi en volume et en valeur. Pour ce qui nous intéresse, le Tableau général du commerce offre ainsi une vue très précise des entrées et sorties de marchandises dans les ports normands de Dieppe, Le Havre et Rouen, pendant plus d’un siècle.

Si la source ne permet de déterminer la provenance ou la destination de chacune de ces marchandises, elle permet donc néanmoins de quantifier les volumes entrants et sortants, d’en observer les variations sur une longue durée, ainsi que de les rapporter aux statistiques nationales comme à celles des autres douanes françaises.

La constitution d’une base desdonnées issues du Tableau général du commerce permettra ainsi de déterminernotamment l’évolution du poids des trois principaux ports normands dans l’évolution du commerce international de la France pendant la période, mais également de s’interroger sur ses spécificités commerciales au regard des autres pointsd’entrée et de sortie du territoire national. 

VD.