« Normandie esclavage », aux racines de l’époque contemporaine

Dans le prolongement des travaux du colloque Normonde dédié à l’époque moderne (7-8 mars au Havre), un bel outil doit être mis en lumière, la base Normandie Esclavage: http://www.normandie-esclavage.fr/

Ce site, intitulé « Histoire et mémoire de la traite atlantique, de l’esclavage des noirs et de leurs abolitions » est une réalisation issue d’une recherche menée dans le cadre d’un projet soutenu par le Grand Réseau de Recherche Culture et société en Normandie entre 2013 et 2015 sous la direction d’Eric Saunier.

Quoique tournée vers la période moderne, cette base de données donne un aperçu très pertinent des lieux et des acteurs dynamique jusque dans les années 1815. L’onglet « La Traite normande: armateurs, équipages et migrants forcés » propose des entrées détaillées par:
– officiers d’état-major
– officiers mariniers
– personnel non marinier
– hommes d’équipage
– passagers de couleur
– et un accès général par ordre alphabétique.
La partie consacrée aux armateurs et négociants est en attente de mise en ligne.

Un onglet prometteur « textes et correspondances inédits » comporte une entrée « Souvenirs coloniaux 1830-1856 », également en attente de mise en ligne.

Cette référence paraît essentielle pour comprendre et aborder les enjeux de la Normandie maritime du XIXe siècle.

FD.

 

 

Journées d’études « La Normandie et les colonies »

Jeudi 7 et vendredi 8 mars, l’université du Havre accueillait la conférence « La Normandie et les colonies: une histoire et un patrimoine en partage ».

Essentiellement axé sur le volet moderniste du projet Normonde, les prolongements sur le XIXe siècle ont été nombreux. En après-midi de la première journée, les spécialistes des Antilles, Erick Noël et Bernard Michon, ont par exemple noté que l’importance des implantations normandes tend à diminuer au profit des Aquitains au XVIIIe siècle. On peut donc ici envisager une explication à la (relative) moindre influence des réseaux normands outre-mer à la fin du XIXe siècle.

Au cours de la deuxième journée, Claude Malon a ouvert des perspectives jusqu’au début du XXe siècle en soulignant les liens forts entretenus par la ville du Havre avec le commerce du rhum et du coton. Il a notamment souligné l’apparition d’une identité coloniale tardive dans le port, en tout cas postérieure à Marseille ou Bordeaux.

Enfin, la toute dernière contribution, celle de Christelle Lozère sur les expositions coloniales au Havre, a également permis de faire entrer pleinement ce colloque Normonde dans la période contemporaine.

A cette occasion, la bibliothèque universitaire du Havre a proposé une sélection d’ouvrages et d’articles sur le thème: Normandie et colonies.

FD.