Archives départementales de Seine-Maritime – Inscription maritime

Conservées à Rouen, au sein de la médiathèque Simone de Beauvoir, dans le quartier de Grammont situé sur la rive gauche de la Seine, les archives départementales de Seine-Maritime (autrefois Seine Inférieure) présentent naturellement un corpus riche de documents originaux pour qui s’intéresse aux connexions internationales de la Normandie. Avec Le Havre et Rouen, le département compte en effet deux des principales villes de la région, mais surtout deux des principaux ports français, auxquels il faut ajouter le port de Dieppe, qui se classe parmi les dix premiers points d’entrées de marchandises sur le territoire français pour certaines périodes.

Parmi les documents conservés, on signalera donc plus particulièrement dans ce billet les fonds relatifs aux circulations fluviales et maritimes, emblématiques de l’histoire des connexions internationales de la Normandie. On y retrouve les catégories de documents suivantes :

  • Registres matricule des gens de mer : quartier de Rouen (1764-1885) et du Havre (1751-1950). Ceux des quartiers de Dieppe et Fécamp sont conservés par le ministère de la Défense (Service historique de la défense, Cherbourg).

Outre les renseignements civils, le matricule permet de reconstituer la carrière de chaque marin pour différentes catégories de personnel (capitaines, maîtres, pilotes, matelots, novices, mousses, ouvriers, hors de service…). Il est ainsi possible par exemple, à partir de ces registres, de reconstituer l’étendue des circulations internationales des marins normands, à partir d’un échantillon.

  • Rôles des bâtiments de commerce : Une série distincte pour les matricules des bateaux de plaisance existe pour Le Havre entre 1850 et 1906 et pour Rouen (1885-1906).

Ces registres permettent de reconstituer, en fonction du port d’attache d’un navire, les traversées effectuées et les désarmements successifs, en sus d’informations techniques sur le bâtiment.

  • Répertoires d’armement et de désarmement des bâtiments de commerce:

Ils comportent pour chaque entrée ou sortie du port, un certain nombre de renseignements, parmi lesquels :

  • la date et le numéro d’armement,
  • le nom du bâtiment,
  • le nom du capitaine,
  • la destination du navire,
  • le nombre de membres d’équipage,
  • le lieu de retour (même si différent de Rouen ou du Havre),
  • la date et le numéro du désarment

Indiquant la date, le lieu et le numéro de désarmement, les répertoires permettent également de retrouver le rôle des bâtiments de commerce correspondant.

  • Les registres d’entrées et de sorties

Ces registres concernent tous les bâtiments de commerce français et étrangers qui ont fait escale au Havre et à Rouen. Ils comportent la date d’entrée dans le port, le nom du navire, son tonnage, la composition succincte de l’équipage, la destination, la nature de la cargaison, le nom de l’armateur.

Ils permettent donc, là aussi, de pouvoir reconstituer les circulations internationales mais également de lier les ports de provenance ou de destination des navires avec le type de marchandises transportées, ce que ne permettent pas de déterminer, par exemple, les Tableaux de la navigation et du commerce. Il s’agit donc d’une source essentielle pour la réalisation d’une étude qualitative de certaines connexions internationales ou de certains produits. On pense ici notamment à l’étude du commerce colonial.

  • Matricules des bâtiments de commerce

Ces registres récapitulent les informations enregistrées pour chaque navire au moment de leur armement ou de leur désarmement. On y retrouve ainsi les informations suivantes :

  • le nom du navire
  • le port d’attache
  • le numéro d’enregistrement
  • le tonnage
  • le lieu et la date de construction
  • le nom du propriétaire
  • le nom de l’armateur
  • les noms, filiation, conditions d’engagement, quartier et numéro d’immatriculation des membres de l’équipage
  • la nature de la cargaison
  • la liste des passagers

Les rôles se présentent sous forme de formulaire avec de nombreuses pièces annexes (procès-verbaux, correspondances…) remplies au cours de la traversée, documents riches d’informations sur le navire (détail et répartitions des prises pour les baleiniers par exemple) et sur la vie du matelot à bord (inventaires après décès, circonstances détaillées des disparitions en mer et décès, etc.).

Cette source se prête donc davantage à une analyse détaillée de quelques navires en fonction de leur propriétaire ou d’un type de circulation ou de commerce particulier. Elle peut également se prêter, grâce aux documents annexes, à des études sur la vie à bord des navires pour une période ou un type de bâtiments déterminés.

VD.

 

Regard sur les blogs amateurs d’histoire maritime

Certains sites Internet animés par des passionnés d’histoire maritime peuvent révéler de précieuses informations et guider l’historien vers de nouvelles sources. Parmi les blogs qui peuvent alimenter les connaissances sur la Seine normande comme axe de la mondialisation, citons aujourd’hui:

https://maitres-du-vent.blogspot.com/

Animé par les éditions MDV jusqu’en 2015, cet espace rassemble pêle-mêle des actualités et des documents historiques. Un système d’étiquettes permet de retrouver tout ce qui est en lien avec la Normandie et ses principaux ports.

Les émigrants attendent le départ au Havre en 1910. Collection privée, tous droits réservés. Image empruntée au site https://maitres-du-vent.blogspot.com/

https://archives-maritimes.blogspot.com/

Continuité du précédent, ce site est mieux conçu et plus étoffé. Il contient notamment, à ce jour, 61 entrées sur Le Havre, 29 sur Dieppe, 25 sur Cherbourg et 7 sur Rouen. Sur ce port pour ne prendre qu’un exemple, on trouve aussi bien des extraits de journaux sur l’arrivée des premiers navires alliés dans le port de Rouen en octobre 1944, que des photographies amateurs des infrastructures portuaires dans les années 1970…

http://www.marine-marchande.net/

Davantage basé sur l’actualité de la marine marchande, ce site est régulièrement mis à jour par une solide équipe et contient toutefois des ressources historiques pertinentes comme une liste de navires français avant 1970 (environ 1800 répertoriés) et une impressionnante bibliographie.

FD.