La Nouvelle-Aquitaine et les Outre-Mers

La région Nouvelle-Aquitaine développe, depuis 2016, un projet relativement similaire à Normonde. Une source d’inspiration intéressante car de nombreuse problématiques sont similaires entre les deux régions, de la traite négrière aux logiques migratoires en passant par le lien contemporain à l’outre-mer…

https://naom.hypotheses.org/

Et ici, la présentation complète du projet!

FD.

Nous y travaillons! Revenez un peu plus tard…

N’hésitez pas à laisser vos suggestions en commentaires. Nous sommes preneurs de toutes les pistes qui peuvent nous permettre de mettre en lumière les acteurs de la mondialisation normande de 1815 à 1960. Armateur, commerçant, migrant, personnalité politique, marin, etc. Toutes les histoires ont leur place ici!

  • Rédacteur en chef : François Drémeaux
  • Équipe de rédaction : Vincent Duchaussoy & François Drémeaux

François Drémeaux est docteur en histoire contemporaine, ingénieur de recherche à l’Université Le Havre-Normandie et Visiting Assistant Professor à l’Université de Hong Kong. Il enseigne également à Sciences-Po Paris (campus du Havre). Il a étudié l’évolution de la communauté française à Hong Kong dans l’entre-deux-guerres et étend désormais ses recherches plus largement aux présences françaises à l’étranger. Il a mis en valeur le rôle des agences terrestres de la compagnie des Messageries Maritimes sur la ligne d’Extrême-Orient et s’intéresse aux présences et réseaux normands dans le monde.

Vincent Duchaussoy est docteur en histoire contemporaine, ingénieur de recherche à l’Université Rouen-Normandie. Il enseigne également à l’université de Versailles-St Quentin. Spécialiste de l’histoire économique et financière, ses recherches portent sur l’histoire des institutions financières dans les relations internationales, et notamment sur les dynamiques d’intégration régionale, en Europe comme en Afrique. Il s’intéresse actuellement plus spécialement aux circulations économiques et financières entre la France et son ancien empire colonial.

Chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence

La CCIMP dispose de fonds d’archives conséquents, issus en partie de dépôts réalisés par d’anciennes compagnies maritimes d’envergures nationales ayant leur siège à Marseille (les Chargeurs Réunis en particulier). Il n’est donc pas étonnant d’y trouver des informations sur les activités portuaires du Havre et, dans une moindre mesure, de Rouen. Il n’existe pas d’inventaire en ligne mais les personnels sur place permettent de s’orienter facilement dans les fonds.

Les sources intérressants la Normandie peuvent être classées en trois grandes catégories:

  • Port autonome du Havre (1911-1966): conseils d’administration, comptes-rendus de commissions, comités de direction, et notamment deux dossiers sur la reconstruction du port à la fin des années 1940. Il existe également un volumineux dossier de documentation et de coupures de presse sur l’évolution du port du Havre (1821-1966.
  • Activités du port de Rouen (1889-1965): au même titre que pour Le Havre, la CCIMP conserve un dossier d’informations, plus modeste toutefois, sur le port de Rouen. On trouve également quelques renseignements sur des navires en route vers Rouen, pris par des corsaires dans les années 1823-1825 ou encore sur les exonérations et réductions de taxes dans les années 1960.
  • Chargeurs Réunis (1889-1976): statuts, bilans d’activités, rapports de visites d’agences, etc. Une grande variété de documents sur les lignes au départ du Havre vers l’Amérique latine, sur la réorganisation de la compagnie dans les années 1970 et sur les biens possédés au Havre par la Société civile immobilière de la Frileuse.
  • Pêle-mêle, il existe également des dossiers sur les sociétés Atlantica et SOTRASOL dans les années 1970, quelques pièces sur les activités normandes de la Société Navale Chargeurs Delmas-Vieljeux (SNCDV) ou encore le logisticien Ata-Walon à la même époque, et sur les Docks frigorifiques du Havre dans les années 1930 et 1940. La CCIMP conserve également ses échanges avec la Chambre de commerce du Havre (1924-1948) et de Rouen (1938).

Les cotes de la série L/19/60 sont particulièrement concernées par ces sources; quelques autres cotes plus techniques peuvent être envisagées (MR 533, droits et taxes de port; MR 5621, documentation sur les ports; MJ 61235, exonérations et réductions de taxes; MJ 621041, hangars et emplacements des compagnies maritimes).

FD.

Tableau général de la navigation

Publié de 1835 à 1960 par l’administration des Douanes, le Tableau général de la navigation complète le Tableau général du commerce de la France avec les colonies et les puissances étrangères. Il en constitue parfois une partie ou est publié sous forme d’un tome additionnel, selon les années. C’est une source précieuse et très détaillée pour qui s’intéresse à l’histoire du commerce international de la France aux XIXe et XXe siècles du point de vue des mouvements maritimes. Issu de données compilées par les différents ports du pays, y compris les plus petits, il offre une vue précise et complètes des mouvements de navigation, indiquant la provenance et la destination des navires qui entrent et sortent de chaque port français.

S’agissant de la Normandie, on retrouve ainsi ces informations pour chacun des ports suivants : Barfleur, La Bouille, Caen, Carentan, Carteret, Cherbourg, Courseulles, Dieppe, Duclair, Fécamp, Goury-Auderville, Granville, Honfleur, Isigny, Port-Bail, Port-en-Bessin, Regnéville, Rouen, St Valéry en Caux, Le Trait, Le Tréport, Trouville et Villequier. 

Les données ainsi compilées permettent donc de restituer les mouvements annuels de navigation et de déterminer le nombre de navires par pays de provenance ou de destination. Elles permettent également de distinguer, parmi ces données, les navires chargés des navires sur lest, ainsi que le pavillon du navire selon qu’il est français ou étranger.

Cette source ne permet pas, en revanche, de déterminer avec précision la nature des biens échangés. Toutefois, la possibilité de distinguer dans le flux des navires les bâtiments chargés des bâtiments sur lest permet de mesurer la vocation commerciale de chaque port. Enfin, à partir de la littérature disponible et des sources primaires conservées par exemple dans le Centres d’archives départementales, les différentes destinations peuvent être associés à des types de marchandises plus précis et permet donc des recoupements avec les informations issues du Tableau général du commerce.

Une fois la base de données constituée, celle-ci permettra de restituer assez fidèlement les liaisons maritimes commerciales liant la Normandie au reste du monde pour la période concernée et de quantifier l’importance de chacun des ports de provenance et de destination pour chaque port normand. Elle offre notamment des possibilités de traitement cartographique pour figurer ces relations et leurs évolutions.

VD.