La Normandie, une région au service de l’avitaillement des paquebots de la Compagnie Générale Transatlantique ? (fin XIXe-début XXe siècle)

Jean-Baptiste Schneider (Université Le Havre Normandie – IDEES LH)

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, la marine à vapeur supplante la marine à voile. La réduction constante du temps de traversée associée à l’augmentation régulière du tonnage des paquebots accroît considérablement le transfert de personnes entre continents. Face à cette accélération du transit de passagers, les sociétés maritimes doivent adapter leur politique d’achat des vivres nécessaires à l’alimentation des voyageurs qui, durant plusieurs jours, sont totalement dépendants des stocks du bord. Comment s’organise la Compagnie Générale Transatlantique (CGT) pour assurer un avitaillement permanent de sa flotte tout en veillant à sa rentabilité ? Quelles sont les entreprises privilégiées et existe-t-il des dispositifs spécifiques dédiés à l’approvisionnement de ses paquebots ?
L’étude des procès-verbaux des réunions du conseil d’administration et du comité de direction de la CGT complétée par l’analyse des rapports des assemblées générales conservés dans les archives de l’EPPC French Lines & Compagnies nous livrent des informations probantes sur le système d’approvisionnement adopté par la société française de navigation lors de sa création en 1861. Qui plus est, le dépouillement des quelques 5 000 pages manuscrites de comptes rendus qui couvrent une période allant de 1875 à 1914, dévoile, d’une part, les différentes stratégies d’avitaillement employées en fonction du développement de la CGT et, d’autre part, met en lumière les multiples fournisseurs des denrées alimentaires destinées aux paquebots havrais.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.