Tableau général de la navigation

Publié de 1835 à 1960 par l’administration des Douanes, le Tableau général de la navigation complète le Tableau général du commerce de la France avec les colonies et les puissances étrangères. Il en constitue parfois une partie ou est publié sous forme d’un tome additionnel, selon les années. C’est une source précieuse et très détaillée pour qui s’intéresse à l’histoire du commerce international de la France aux XIXe et XXe siècles du point de vue des mouvements maritimes. Issu de données compilées par les différents ports du pays, y compris les plus petits, il offre une vue précise et complètes des mouvements de navigation, indiquant la provenance et la destination des navires qui entrent et sortent de chaque port français.

S’agissant de la Normandie, on retrouve ainsi ces informations pour chacun des ports suivants : Barfleur, La Bouille, Caen, Carentan, Carteret, Cherbourg, Courseulles, Dieppe, Duclair, Fécamp, Goury-Auderville, Granville, Honfleur, Isigny, Port-Bail, Port-en-Bessin, Regnéville, Rouen, St Valéry en Caux, Le Trait, Le Tréport, Trouville et Villequier. 

Les données ainsi compilées permettent donc de restituer les mouvements annuels de navigation et de déterminer le nombre de navires par pays de provenance ou de destination. Elles permettent également de distinguer, parmi ces données, les navires chargés des navires sur lest, ainsi que le pavillon du navire selon qu’il est français ou étranger.

Cette source ne permet pas, en revanche, de déterminer avec précision la nature des biens échangés. Toutefois, la possibilité de distinguer dans le flux des navires les bâtiments chargés des bâtiments sur lest permet de mesurer la vocation commerciale de chaque port. Enfin, à partir de la littérature disponible et des sources primaires conservées par exemple dans le Centres d’archives départementales, les différentes destinations peuvent être associés à des types de marchandises plus précis et permet donc des recoupements avec les informations issues du Tableau général du commerce.

Une fois la base de données constituée, celle-ci permettra de restituer assez fidèlement les liaisons maritimes commerciales liant la Normandie au reste du monde pour la période concernée et de quantifier l’importance de chacun des ports de provenance et de destination pour chaque port normand. Elle offre notamment des possibilités de traitement cartographique pour figurer ces relations et leurs évolutions.

VD.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.